Retour accueil sommaires
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2008 o

RHINOLOGIE

Le dépistage des adénocarcinomes de l’ethmoïde chez les travailleurs du bois est-il justifié ?


Auteurs : De Gabory L, Conso F, Krief P, Stoll D. (Bordeaux, Paris)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,4:219-226.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Introduction : les mesures de surveillance des travailleurs exposés aux poussières de bois utilisée en France depuis 1995 son obsolète. Basées sur des avis d’expert, elles n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation dans le cadre du dépistage de l’adénocarcinome de l’ethmoïde. Objectif : rassembler les données actuelles de la littérature permettant de justifier la nécessité et les moyens du dépistage de cette lésion. Méthode : il s’agit d’une revue de la littérature à partir des bases de données de la National Library of Medicine, de l’Institut National de Recherche et de Sécurité et du Centre National de la Recherche Scientifique. Les publications en langues française et anglaise ont été analysées et classées selon les niveaux de preuves proposés par la Haute Autorité de Santé. Résultats : il existe une relation dose-effet statistique entre les poussières de bois et l’adénocarcinome de l’ethmoïde sans que les doses seuils puissent être calculées. Le risque existe dès la première année d’exposition et la population exposée est bien identifiée. Malgré les moyens de surveillance actuels des travailleurs, les lésions sont toujours diagnostiquées à un stade avancé. Le gain en termes de survie globale et sans récidive à 5 ans serait considérable si elles étaient mises en évidence à un stade T1 ou T2. Le scanner apparaît un mauvais outil pour ce dépistage en raison de son faible pouvoir de discrimination des tissus mous. Par contre, l’IRM permet de mettre en évidence un processus expansif naso-sinusien de petite taille en l’absence de lyse osseuse avec une sensibilité de 98 %. Cependant, en raison de l’accumulation des poussières de bois très probablement à l’extérieur du labyrinthe ethmoïdal et de la base d’implantation de cette lésion dans les régions olfactive et sous-jacente de la cavité nasale, la naso-fibroscopie apparaît adaptée pour répondre aux exigences de ce dépistage. De plus cet examen est bien toléré, facilement disponible sur le territoire et son coût peu élevé. Conclusion : un dépistage de l’adénocarcinome de l’ethmoïde dans la population cible permettrait très probablement d’en faire le diagnostic à un stade précoce grâce à des moyens simples modifiant ainsi considérablement le pronostic de cette lésion.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2017 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE