Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2008 o

OTONEUROLOGIE

Déhiscence du canal semi-circulaire supérieur : approche et classification scanographiques


Auteurs : Piton J, Négrevergne M, Portmann D. (Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,1:17-26.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Le syndrome de déhiscence du canal semi-circulaire supérieur (DCSS) associe principalement des vertiges et/ou une perte auditive. Cette déhiscence peut par contre être totalement asymptomatique, simple anomalie radiologique. But de l'étude : montrer l'intérêt d'une étude volumique du rocher dans le bilan TDM des surdités et l'efficacité de son application systématique dans les protocoles d'examen. Proposer une classification radiologique pouvant avoir une implication thérapeutique. Matériel et méthode : les techniques d'examen en mode incrémental (coupes axiales et coronales) et en mode "rendu volumique", réalisées sur un appareil à haute résolution sont décrites. Les auteurs ont étudiés 154 scanners d’oreille obtenus avec cette technique. Ils ont corrélés les cas de DCSS avec les indications de l’examen radiologique. Chaque scanner 3D a été étudié et a permis la description du type de fistule. Les auteurs proposent une classification en trois types selon l'aspect 3D de la fistule. Résultats : sur 154 scanners du rocher (77 patients), 13 cas de DCSS ont été identifiés. Pour 4 patients la DCSS était bilatérale. Les patients étaient adressés le plus souvent pour bilan de surdité de transmission ou mixte. La technique volumique a été comparée aux analyses classiques sur coupes natives et/ou reconstruites dans le plan canalaire : la corrélation était parfaite dans tous les cas. La description de la fistule a permis une classification en 3 types : le type I (fistule symétrique, 8 cas) et le type II (fistule asymétrique, 3 cas) correspondent au dôme canalaire. Le type III (2 cas) intéresse le pied du canal. Conclusion : la fréquence inhabituelle de cette anomalie dans cette série (prévalence de 17 % contre 0,5 % dans les séries autopsiques) s'explique probablement par la sélection préalable des patients mais surtout par l'application systématique de cette technique d'investigation. Nous proposons de l'inclure à tous les bilans TDM de l'oreille, quitte à vérifier ensuite la présence ou non d’une symptomatologie en faveur d'un syndrome de Minor ou d'un phénomène de Tullio. La classification proposée permet de décrire la fistule et de préciser sa localisation ce qui est une aide pour le repérage per-opératoire.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE