Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2000 o

OTONEUROLOGIE

Paralysies faciales a frigore : traitement par l'association Aciclovir-Methylprednisolone, résultats préliminaires


Auteurs : V. Darrouzet, S. Lacher-Fougère, J. Y. Duclos, A. Chambrin, J. P. Bébéar (Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2000;121,3:199-202.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : de nombreuses données actuelles font soupçonner une étiologie virale aux paralysies faciales a frigore. La responsabilité du virus du groupe Herpès est de plus en plus probable. Sur ces bases, nous avons étudié l'efficacité d'un traitement associant par voie parentérale 30 mg/Kg/j d'Aciclovir et 1 m/Kg/j de Methylprednisolone dans le traitement des paralysies faciales a frigore installées depuis moins de 12 jours. Méthode : l'étude porte sur 53 patients. Nous avons étudié le résultat fonctionnel moteur (classification de House et Brackmann) et recherché des facteurs pronostiques dans les données cliniques et paracliniques recueillies. Une recherche virologique a été réalisée dans la plupart des cas. Résultats : un seul de nos patients ayant reçu de l'Aciclovir conserve des séquelles (grade III de la classification de House et Brackmann). Aucun effet secondaire n'a été retrouvé. Statistiquement, seule l'électromyographie a une valeur pronostique. Mais il nous semble que le délai de prise en charge soit un élément important. Les tests virologiques montrent parfois la présence anormale d'Ig contre le groupe des Herpès viridae. Conclusions : ces résultats prometteurs sont étudiés en corrélation avec les données de la littérature. Une étude multicentrique permettant un effet statistique plus fort est actuellement en cours.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE