Retour accueil sommaires dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements   Page précédente > Liste des dossiers FMC > Détail

o

o Dossier N#30 : Mise au point sur les VPPB : la manoeuvre libératoire du canal horizontal et du canal antérieur le diagnostic différentiel o

Auteurs : A. C. Migueis, A. Sémont, C. Stapleton Garcia, J. Paço (Coimbra, Paris, Lisbonne)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2005;126,3:193-199.


Résumé : EDITORIAL Didier PORTMANN
Les VPPB des canaux horizontal et antérieur sont beaucoup moins fréquents que les VPPB du canal postérieur. Pourtant il faut savoir les reconnaître et les traiter par une manœuvre appropriée. Ce 2e Dossier d'Enseignement avec Alain Sémont permet d'y répondre en suivant pas à pas sous vidéoscopie le déroulement du diagnostic ainsi que son traitement. Un grand merci aux auteurs pour avoir réalisé ce Dossier simple et didactique ainsi qu’au Laboratoire pour leur participation.

INTRODUCTION Antonio Carlos MIGUEIS
Le vertige paroxystique positionnel bénin (VPBB) peut intéresser les trois canaux semicirculaires. Le VPBB du canal postérieur est le plus fréquent, celui du canal horizontal (latéral) est retrouvé jusqu’à 15 % des cas et la canalolithiase du canal antérieur est exceptionnelle. La distinction entre les trois VPPB se déduit de la direction du nystagmus observé.
La fréquence de seulement 15 % des VPPB du canal latéral, dans l’ensemble des VPPB, a peut-être une explication : l’orifice d’abouchement du canal latéral dans l’utricule est de diamètre étroit. Par contre cette étroitesse va rendre difficile l’évacuation d’éventuels débris. En ce qui concerne le VPPB du canal vertical (antérieur) on pense qu’il est très exceptionnelle, en raison de l’orientation de ce canal qui est favorable a une vidange spontanée des débris.
Le VPBB du canal postérieur a été le sujet du dernier dossier d’enseignement. Dans ce dossier Alain Sémont se focalise sur les VPPB du canal horizontal et du canal antérieur en décrivant les manœuvres libératoires de ces deux canaux. Le dernier chapitre est dédié au VPPB et son diagnostique différentiel.

CONCLUSION Antonio Carlos MIGUEIS
On ne doit réaliser une manœuvre libératoire que chez les patients qui ont une manœuvre diagnostique positive. Parfois les patients ayant été traité pour un canal postérieur développe une pathologie du canal horizontal. Après une manœuvre pour canal postérieur la plupart des patients ont un syndrome otolythique d'instabilité et ceci même après une manœuvre réussie. Cela peut nécessiter quelques séances de rééducation de l'équilibre et aussi sur un plan plus global notamment chez les personnes agées car le VPPB a pu décompenser une pathologie ostéoarticulaire latente jusque là ou peu symptomatique.
Il faut faire attention aux patients "multibasculés" survenant parfois après traumatisme et qui peuvent masquer une fistule périlymphatique . Surtout ils ne doivent et ils ne veulent plus être basculé. Ils doivent dormir assis, bouger la tête le moins possible pendant 10 à 15 jours. on peut alors secondairement les reexaminer pour faire le point avant de pratiquer si necessaire un nouvelle manœuvre "douce".
Les manœuvres libératoires du canal antérieur seront volontiers efficaces sur ce type de canalolithiase.

|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2017 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE